COMMENT RÉPONDRE AU LANGAGE DU CORPS

12744196_1178875748791948_2413991006531665673_n
Bien que nous soyons entrés en théorie dans ce que nous nommons la post-modernité, le rapport que nous entretenons avec notre corps reste difficile à formuler. Sous peine de trop nous appesantir sur ce dernier nous prenons le risque de nous replier sur nous mêmes, mais ne jamais le faire nous éloigne d’une réalité qui peu parfois se rappeler à nous sous le biais d’une douleur ou bien d’un signe qui nous exprime le temps qui passe… Nous semblons parfois écartelés entre ces deux attitudes qui, sans être extrêmes ,sont révélatrices d’un corpus qui appartient aussi à un fait culturel.
Dans les cultures orientales le corps est non seulement l’expression d’un enracinement mais aussi celle d’une appartenance sociale : à ce titre il est magnifié, choyé, touché. Ce n’est sans doute pas un hasard si de nombreuses approches du corps très recherchées par le public français, nous proviennent de l’Orient: elles répondent non seulement à une curiosité légitime mais aussi à un besoin fondamental qui est celui d’une unité entre le corps et l’esprit que l’Homme occidental semble avoir perdu.
Lorsque nous franchissons le seuil d’un Institut qui applique la Méthode Globale de Soins Lucia Rapetti nous ouvrons une porte qui nous conduit vers une pratique de soins déconcertante à prime abord.
En effet la première écoute que nous recevons de la part de l’esthéticienne est d’abord visuelle :
– un diagnostic biotypologique nous permet de comprendre les problématiques rencontrées non pour les figer mais pour faire sens à un inconfort que nous ressentions sans oser nous l’avouer vraiment.
La seconde écoute sera faite grâce aux soins subtilement proposés et appliqués:
– le soin élaboré à partir de techniques tant occidentales qu’orientales débutera par une détoxination profonde, soin incontournable de la Méthode. Ce soin s’incarnera ensuite selon les nécessités retenues et observées par l’esthéticienne, par différentes approches subtiles permettant ainsi de sortir du rapport d’insuffisance que nous avions jusqu’ici avec notre corps.
Une réappropriation de ce dernier, rendue possible au fil de séances séances successives, nous autorise à ne plus rester dans la catégorie du beau ou du laid mais à oser aller au delà de ce shéma devenu tyrannique pour certains et trop souvent entendu. Peu à peu un dialogue s’installe entre soi …et …soi, comme une douceur invite à la rêverie…
Il aura fallu au Laboratoire Naturel LUCIA RAPETTI et à sa créatrice Lucia Rapetti non seulement du courage et de l’audace afin de proposer aux esthéticiennes comme aux usagers un chemin qui permet de quitter une forme d’enfermement ou de repli toujours dommageables pour celui ou celle qui reste en questionnement ou en recherche de sens. Le corps, le plus précieux des véhicules comme le rappelle le tradition bouddhiste, méritait qu’on lui rende ses lettres de noblesses, qu’on lui offre enfin une écoute et des soins qui répondent à son langage.

Pascale Casbi,PsychothérapeuteEtudiante-Chercheur en Psychologie clinique au sein de la structure FPP de l’Université Lumière, Lyon2Responsable du Centre de Soins MGS Lucia Rapetti à Thonon-les-Bainscasbi515@wanadoo.frimage: femme à tête de rose Salvador Dali